La pédagogie KidsCare

 

La liberté motrice

Chez kidsCare, nous laissons les enfants libres de leurs mouvements et de leurs positions.
Nous savons que le bébé apprend de lui-même et par lui-même grâce au mouvement. Il n’est pas nécessaire de l’instruire ou de l’aider. Il franchit à son rythme et à petits pas, toutes les étapes qui le font grandir en harmonie avec ses capacités. Il acquiert de l’assurance et de l’estime de soi.

Dans un environnement sécurisé et riche en matériels variés, l’enfant se déplace avec aisance et prudence, il poursuit des objectifs, il forme des projets à sa mesure. Les déplacements et les postures servent aux manipulations, les manipulations servent à la connaissance et au développement harmonieux de la personnalité. Le corps bouge, les mains s’occupent, l’enfant se concentre, tous les sens sont en éveil.

Une relation de qualité à l’adulte

L’enfant ne peut se livrer à son activité autonome que s’il est en bonne santé et s’il est sûr des soins et de l’attention qu’il recevra par ailleurs.

Les adultes qui s’occupent des enfants chez kidsCare s’engagent dans la relation et sont complémentaires de la famille. L’éducatrice de référence porte à l’enfant dont elle prend soin un intérêt profond. Elle observe son développement, elle interprète ses demandes, anticipe ses progrès et adapte l’environnement à ses besoins.

Les repas, les soins d’hygiène, des moments d’échange et de dialogue avec l’adulte de référence sont essentiels à la construction d’une bonne image de soi.

Les adultes qui s'occupent des enfants chez kidsCare s'engagent
dans la relation et sont complémentaires de la famille.

La période d’adaptation ... des parents et du bébé

La période d’adaptation des parents et du bébé dure 1 à 2 semaines, idéalement. Un des 2 parents accompagne son enfant à la crèche et reste avec lui pour aider à construire un lien de confiance avec l’éducatrice de référence.

Chez kidsCare, nous nous appuyons sur la capacité d’adaptation de l’enfant, nous n’en abusons pas :
« Chers parents, ne lâchez pas votre bébé à la crèche trop tôt, sans filet. Prévoyez le délai d’adaptation dans vos échéances professionnelles ».

Et plus tard, n’hésitez pas à demander les infos de la journée. Votre bébé a vécu des moments intéressants que son éducatrice aimera vous raconter. Nous consignons les anecdotes de la journée à votre intention.

 

Les activités

Activités autonomes, manipulations, tri, collections, jeux d’encastrement, objets roulants, jeux d’assemblage, jouets à pousser, à tirer, instruments sonores ... chez les tout-petits, les objets les plus simples sont ceux qui favorisent le mieux la découverte et l’expérimentation.

Des jeux d’imitation, des sorties en mini bus ou en bus de ville, du dessin, de la peinture, de la psychomotricité, des histoires, des chansons, de la musique, des activités sensorielles, en individuel ou en atelier mais toujours en liberté ...

Les enfants veulent grandir. C’est un besoin vital pour eux. Ils veulent « faire seul » et « faire comme les grands». Ils déploient beaucoup de patience et de persévérance pour atteindre leur but.
Les activités de vie pratique développent ces qualités, elles favorisent la précision du geste et l’autonomie et elles amènent l’enfant à à intégrer les codes de la vie sociale.

Les activités sensorielles préparent indirectement à l’écriture, à la lecture, aux mathématiques. Elles ouvrent directement au monde.

La vie au grand air, y’ a que ça de vrai ! Les enfants ont besoin de sortir. Ils découvrent la nature et renforcent leurs défenses physiques. Ils sont moins malades s’ils vont souvent dehors.

L’intégration sociale

Lorsque les enfants grandissent, en crèche ou en famille, ils sont peu à peu confrontés aux règles qu’impose la vie sociale pour bien vivre ensemble. Ces règles permettent à l’enfant d’être libre et autonome dans le cadre qui lui est fixé. Ce cadre constitue un point de repère au même titre que l’aménagement de l’espace et du temps. Dans nos crèches et jardins d’enfants, les règles sont réfléchies en équipe : elles sont claires, adaptées aux capacités des enfants, elles ont du sens pour eux et elles sont stables dans le temps.
« Nous ne permettons jamais à un enfant ce que nous lui interdirons plus tard ».

Le repas est un moment de plaisir et d’apprentissage de la vie sociale. Les enfants mangent de tout, suivant leurs goûts et leur appétit. On ne les force pas :
« Jamais une cuillère de plus que le plaisir, jamais une cuillère de moins que l’appétit» disait Emmy Pikler.

Toute la vaisselle casse ! C’est une bonne raison pour faire attention et pour la manier correctement. Un exercice de responsabilité et une prise de conscience des conséquences. Dresser la table, utiliser ses couverts, verser de l’eau, se servir dans les plats, évaluer son appétit, doser les quantités, débarrasser la table ... Pas facile à 3 ans mais plein d’intérêt !

Après le repas, se débarbouiller, se brosser les dents, pipi et youp... au lit pour une sieste réparatrice.

Les enfants commencent à s’habiller et à se déshabiller seuls. Nous leur laissons le temps de faire sans aide ... mais nous leur donnons un petit coup de main s’ils le demandent.

Apprendre à négocier, à faire valoir sa position, à respecter l’autre, c’est d’abord ça la socialisation en crèche.

«Nous ne permettons jamais à un enfant ce que nous lui interdirons plus tard.»
 
Chargement...